NYC WTC
Mardi 11 septembre 2001

Quitter la page - Leave the page

Les attaques du mardi 11 septembre 2001 contre le World Trade Center à New York et contre le Pentagone à Washington D.C. ont donné lieu à diverses réactions sur le Debord(el) of ... Parmi celles-ci, j'ai retenu celles de

Outre ces deux textes qui ont lancé le débat, j'ai mis l'ensemble, sauf erreur et omission, des commentaires faits sur le Debord(el) of ... sur NYC WTC qui ont été regroupés en 17 chapitres. Si des intervenants sur le Debord(el) of ... souhaitent voir leurs commentaires repris, qu'ils me fassent parvenir une copie de leurs textes et je les publierai dans les archives du Debord(el) of ... J'ai effectué un petit travail éditorial sur les textes présentés, si les auteurs s'estiment trahis par ce travail qu'ils me le fassent savoir et je remettrai les choses en ordre.


NYC WTC
Publié le 11 septembre 2001 sur le Debord(el) of ... par Ben.

Such a perfect democracy constructs its own inconceivable foe, terrorism. Its wish is to be judged by its enemies rather than by its results. The story of terrorism is written by the state and it is therefore highly instructive. The spectators must certainly never know everything about terrorism, but they must always know enough to convince them that, compared with terrorism, everything else must be acceptable, or in any case more rational and democratic.

Guy Debord, Comments on the Society of the Spectacle, IX, 1988.

Diese so vollkommene Demokratie stellt selber ihren unvorstellbaren Feind her, den Terrorismus. Sie will nämlich lieber, daß man sie nach ihren Feinden und weniger nach ihren Ergebnissen beurteilt. Die Geschichte des Terrorismus wird vom Staat geschrieben; ihr kommt somit ein erzieherischer Wert zu. Selbstverständlich können die zuschauenden Bevölkerungen nicht alles über den Terrorismus wissen, stets aber genug, um überzeugt davon zu sein, daß, verglichen mit diesem Terrorismus, ihnen alles übrige eher akzeptabel zu erscheinen hat, jedenfalls rationeller und demokratischer.

Guy Debord, Kommentare, IX, 1988.
Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle, IX, 1988.

Pour la version en français de cette citation, voir le début du texte "Le Reichstag brûle à nouveau!"
Haut de la page - Top of the page - Quitter la page - Leave the page

The Reichstag is burning again! (Version française de ce texte)
Publié le 25 septembre 2001 sur le Debord(el) of ...

«Such a perfect democracy constructs its own inconceivable foe, terrorism. Its wish is to be judged by its enemies rather than by its results. The history of terrorism is written by the state and it is therefore highly instructive. The spectators must certainly never know everything about terrorism, but they must always know enough to convince them that, compared with terrorism, everything else must be acceptable, or in any case more rational and democratic.»

(Guy Debord, Comments on the Society of the Spectacle, IX, Paris, 1988)


CUI PRODEST?

The society in which we have to live, the society of globalized misery and passivity, proved once again that it is capable of any vileness, that it will not hesitate at anything to reach its goals. From Buenos Aires to Beijing, from El Cairo to Tokyo and from Tel Aviv to Moscow, the mouthpieces and watchdogs of this world's owners hurry to join their yapping to the chorus of infinite revenge. The minister of the interior of Italy, the operetta general in Islamabad, the capo di tutti i capi of Holy Mother Russia, the increasingly pathetical chief of the Palestinian police, the thief of Paris, the current doorman in London and the conceited fool of Brasilia all join the illiterate cowboy of Washington to feed the popular anger against the horror perpetrated in New York and to profit from it to advance their own projects. The attack against the WTC, as well as the burning of the Reichstag, the bomb in the Piazza Fontana of Milan, and the assassination of Archduke François-Ferdinand, among thousands of other similar acts of terrorism, all have one thing in common: they all served the purpose of distracting the public from dangerous issues and strengthening the State's repressive military apparatus. Despite its extensive use by seemingly revolutionary movements, there is no "good" terrorism. Terrorism is always an act of State. In the case at hand, as shown by our « old friend » the blundering Italian minister of the interior when he likened terrorism to the anti-capitalist demonstrations (saying the truth involuntarily seems to be an occupational disease of Italian ministers -- it's too bad nobody hears them), the planes that hit the twin towers were literally a heaven-sent gift to all the powers that be of the earth. Just hear them cheering.

ALL THE WORLD IS LIKE THIS CITY CALLED KABUL

Let there be no mistake about this: the missiles sent against the talebans are aimed at our heads. The true purpose of any action against the poor Afghani mudjahidin, who after all are only an enemy of convenience for our very democratic leaders, is not the capture of Bin Laden (being chased in other countries seems to be an occupational disease of former US collaborators), but the crushing of all opposition, even the mildest one, to the total colonisation of all aspects of life all over the planet. The talebans do not allow Afghanis to watch CNN ! Let's bomb them! The Genoese do not allow finance ministers to meet in their city ! Let's shoot them! In Brazil, the minister of education is calling the public servants "anti-democratic" for striking in "these troubled times". Sinking Argentina and putsch-ridden Paraguay are hunting their Arab spice merchants and restaurant owners. In the Philippines, the Moro guerrillas are being threatened with the bombing of their villages, which was unthinkable just two weeks ago. In the whole world, governments are beating their drums and preparing for war against their own citizens. Now, thanks to American and United airlines and to whatever entity commandeered their planes, wherever any sign of dissent is found a terrorist is sure to be found behind it.

A CALL TO ACTION

We have to oppose this new war directed at us with all our strength. If this world that silently kills hundreds of thousands of Africans every year and confines its youth to camp-like suburbs where life is an endless and lethal bore chooses to bomb Afghanis on prime time TV to postpone its latest crisis and to hunt down its opponents, we cannot let it have its way. We have to show this world by all means available, through demonstrations, writings, posters, radio raids and street speeches, that it cannot slaughter its own population and get away with it.
This world was indeed at the mercy of an indiscretion, and « they » have just provided it to us. We only have to grab it. To the streets, now!


September 25, 2001

(Circulate this message)

Contemporary Prehistory Institute
(redivivus)

Haut de la page - Top of the page - Quitter la page - Leave the page

Le Reichstag brûle à nouveau! (Original english version of this text)

[Nous avons reçu ce texte en anglais -également posté sur le Debord(el) of ...- le 25 septembre 2001 avec la mention "Circulate this message". C’est chose faite! La traduction a été assurée par nos soins. X L - NB: Je me suis permis de modifier sur quelques points la traduction de X L qui est plus littérale et ce sans autre motif que mes goûts stylistiques. Que X L veuille bien me pardonner (F.E.)]

«Cette démocratie si parfaite fabrique elle même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.»

(Guy Debord, Commentaires sur La Société du spectacle, IX, Paris, 1988)


CUI PRODEST?

La société dans laquelle nous devons vivre, la société de la misère et de la passivité globalisées, a prouvé encore une fois qu’elle est capable de n’importe quelle vilenie, qu’elle n’hésitera devant rien pour atteindre ses buts. De Buenos Aires à Beijing, du Caire à Tokyo et de Tel Aviv à Moscou, les défenseurs et les chiens de garde des propriétaires de ce monde se dépêchent de joindre leurs aboiements au choeur de l’infinie revanche. Le ministre de l’intérieur italien, le général d’opérette d'Islamabad, le capo di tutti i capi de la Sainte Mère Russie, le toujours plus pathétique chef de la police palestinienne, le voleur de Paris, la carpette de service à Londres et le prétentieux imbécile de Brasilia, tous se joignent au cow-boy illettré de Washington pour nourrir la colère populaire contre les horreurs perpétrées à New York et en tirent profit pour faire avancer leurs projets. L’attaque contre le WTC, de même que l’incendie du Reichstag, la bombe de la Piazza Fontana à Milan, et l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, parmi les milliers de semblables actes de terrorisme ont tous un trait commun: ils ont tous pour but de distraire le public des problèmes posés par l'ordre du monde et de renforcer l’appareil répressif militaire de l’État. Malgré son usage intensif par de soi-disant mouvements révolutionnaires, il n’y a pas de «bon» terrorisme. Le terrorisme est toujours le fait de l’État. Dans le cas présent, comme l’a montré notre «vieil ami» le maladroit ministre italien de l’intérieur quand il assimile le terrorisme et les manifestations anti-mondialistes (dire la vérité involontairement semble être une maladie professionnelle des ministres italiens, il est dommage que personne ne les entende), les avions qui ont percuté les tours jumelles de New York ont été, littéralement, un cadeau du ciel à toutes les puissances de la terre. Il suffit de les entendre se réjouir.

LE MONDE ENTIER EST CETTE VILLE APPELÉE KABOUL

Qu’on ne fasse pas d’erreur à ce sujet : les missiles envoyés contre les talibans sont dirigés vers nos têtes. Le véritable but de toute action contre les pauvres moudjahidin afghans, qui après tout ne sont qu’un ennemi commode pour nos tràs démocratiques leaders, n’est pas de capturer Bin Laden (être chassé d’un pays à l'autre; semble être une maladie professionnelle des anciens collabos des USA), mais d’écraser toute opposition, même la plus bénigne, jusqu’à imposer une dictature sur tous les aspects de la vie sur toute la surface de la planète. Les talibans n’autorisent pas les Afghans à regarder CNN ! Bombardons-les ! Les Génois n’autorisent pas les ministres des finances à se rencontrer dans leur ville ! Tirons-leur dessus ! Au Brésil, le ministre de l’éducation traite les fonctionnaires qui font grève en «ces temps troublés» d’«anti-démocrates». L’Argentine en perdition et le Paraguay mené à coup de putschs sont en train de chasser leurs épiciers et leurs restaurateurs arabes. Aux Philippines, les guérillas Moro ont été menacées du bombardement de leurs villages, ce qui était impensable il y a seulement deux semaines. Partout dans le monde, les gouvernements sont en train de battre le tambour et de préparer une guerre contre leurs propres citoyens. Merci à American and United Airlines et à qui réquisitionne leurs avions! Partout où un indice de dissidence sera découvert, un terroriste sera sans coup férir trouvé derrière celui-ci.

APPEL À L'ACTION

Il faut nous opposer avec toute notre force à cette guerre dirigée contre nous. Si cet ordre mondial qui tue silencieusement des centaines de milliers d’Africains chaque année et relègue sa jeunesse dans des banlieues qui ressemblent à des camps où la vie est un interminable et mortel ennui, choisit de bombarder les Afghans à l’heure de grande écoute à la TV pour faire oublier sa dernière crise et donner la chasse à ses opposants, nous ne pouvons laisser faire. Il nous faut montrer par tous les moyens disponibles, à travers manifestations, écrits, interventions à la radio et prises de parole dans la rue que cet ordre ne peut pas massacrer ses citoyens et s’en tirer comme cela.
L' ordre du monde est à la merci d’une indiscrétion, et «ils» viennent de nous en fournir l’occasion. Il ne nous reste qu’à la saisir. Descendons dans la rue, maintenant !


25 Septembre 2001

(Faites circuler ce message)

Institut de Préhistoire Contemporaine
(redivivus)

Haut de la page - Top of the page - Quitter la page - Leave the page

Ad usum homo contestataire publié en réponse à Le Reichstag brûle à nouveau!
Publié le 1 octobre 2001 sur le Debord(el) of ... par Anarstrige du Coulée.

J’ai tué trop peu de monde, déplorera Émile Henry avant de cracher dans le sac. D’autres viendront après moi qui réussiront mieux.
Walter Laqueur (Le Terrorisme, 1979).

Je ne m’attendais pas à vous entendre parler ainsi, dit Sokolovsky. Vous vous exprimez comme si vous étiez du parti des propriétaires. C’est la manière dont est posé le problème qui l’exige, rétorqua nonchalamment Volguine.
Tchernychewski (Les hommes de la belle âme)

L’auteur de ce texte [Le Reichstag brûle à nouveau!] ne va pas jusqu’au bout de son raisonnement. Son appel à l’action puisqu’il ne repose sur aucune réalité est une grossière tartufferie. Grossière parce que les situs avertis se risquent rarement à ce genre de platitude. Il dénigre la résistance armée des "soi-disants mouvements révolutionnaires" et ignore (ou s’efforce d’oublier) les exemples internationaux d’utilisation réellement révolutionnaire du "terrorisme" qu‘il impute systématiquement à l‘Etat.
"Il n’y a pas de "bon" terrorisme. Le terrorisme est toujours le fait de l’Etat." Le Reichstag brûle à nouveau donc... ces attentats ont été fomentés par la CIA, le Mossad...? BALIVERNES DEBORDISTES !!!

Plus jeune j’aurai peut-être adhéré à cette analyse simpliste qui se veut, à tort, rigoureusement fidèle aux écrits de Debord, en témoigne la citation des "Commentaires sur la société du spectacle" au début du texte. Mais aujourd’hui j’estime avoir bien assimilé, sans l’aide de personne (aucun éclairage post-situ n’embarrasse mon jugement), les mérites et les limites de sa pensée et par conséquent je ne peux m’empêcher de considérer cette interprétation comme fallacieuse. Cela dit, Debord ne s’est pas arrêté d’écrire en 1988; en 1993, au détour d’un de ses exercices de style, il abandonne implicitement l’idée ridicule de la conspiration omniprésente et essaye de saisir les fondements nihilistes de l’apathie des populations en proie au spectaculaire intégré.

"Elle s'autogouverne (la spéculation) plus ou moins, selon les prépondérances locales, autour des Bourses, ou des États, ou des Mafias : tous se fédérant dans une sorte de démocratie des élites de la spéculation. Le reste est misère. Partout l’excès du simulacre a explosé comme Tchernobyl, et partout la MORT s’est répandue aussi vite et massivement que le désordre. Plus rien ne marche, et plus rien n’est cru." (Guy Debord, Cette mauvaise réputation)
Si "plus rien ne marche, et plus rien n’est cru" la conspiration - stricto sensu - devient inutile!

Les Etats-Unis auraient très bien pu bombarder ceux qui n’autorisent pas leur population à regarder CNN, avant les attentats du 11 septembre, sans susciter la moindre réaction susceptible d’infléchir leur position dominante. Ils ne l’ont pas fait parce qu’ils jugeaient les bénéfices d’une telle opération beaucoup trop maigres. À ce moment là, les dirigeants américains se foutaient pas mal des Bouddhas; en revanche, je persiste à croire que la disparition du W.T.C. a dû les surprendre même si sur le long terme ces attentats peuvent se révéler bénéfiques pour l’économie américaine. Environ 6000 spéculateurs ou apparentés sont morts dans l’effondrement du W.T.C. On ne peut pas affirmer raisonnablement que les services secrets américains aient pris le risque de sacrifier 6000 "acculturés" en période de stabilité économique ou de légère récession simplement pour relancer la machine capitaliste ou "renforcer l‘appareil répressif militaire de l‘Etat". Le capitalisme en ressortira certainement renforcé mais il aurait pu s'en passer. L’histoire nous montre que les capitalistes préfèrent sacrifier (en masse) des PAUVRES pour redynamiser l’économie et que des mensonges moins extravagants permettent de "renforcer l‘appareil répressif militaire de l'Etat".

Il faut se rendre à l’évidence, nous venons d'assister à la première offensive significative de la MORT. Les individus qui ont perpétré ces attentats étaient tous morts bien avant ces attentats. Un fanatique religieux est un mort par définition. Mais contrairement au publicitaire, par exemple, ce mort romantique mérite un certain respect. On sait de surcroît que la réification permanente qu’opère la civilisation du code-barre favorise la multiplication de ces morts . Les morts sont donc devenus les pires ennemis de la domination spectaculaire et marchande si bien qu’aujourd’hui le seul espoir du spectateur c'est la mort - lato sensu -, elle seule est capable de déstabiliser les fondements idéologiques de cette domination car elle annonce le dénouement. L’existence de Dieu est un faux problème depuis qu‘on sait que Dieu est mort, ici - dans notre organisation sociale - notre vie n'a pas et ne peut avoir de sens, la mort vient rappeler qu'elle accompagne et qu’elle est la FIN logique d’une mascarade dont les ersatz endiguent de plus en plus mal la quête métaphysique inhérente à l'homme. C'est justement pour éviter cette prise de conscience - révolutionnaire - que les médias n'ont montré aucun cadavre capitaliste.

Mors ultima ratio.

Haut de la page - Top of the page - Quitter la page - Leave the page

NYC WTC, mardi 11 septembre 2001 / Version intégrale.
CHAPITRE I: Petite désillusion (Anarstrige du coulée et Anonymous)
CHAPITRE II: Request for comments (Tomás Rosa Bueno,*** et Anonymous)
CHAPITRE III: Mise au point (Tomás Bueno, Omar Wisyam, Anonymous, Anarstrige du coulée, *** et d'autres)
CHAPITRE IV: Publicité (Institut de Préhistoire contemporaine - Tomás Bueno, Anonymous, Pavlov et son toutou)
CHAPITRE V: The Reichstag is burning again (Contemporary Prehistory Institute - Tomás Bueno)
CHAPITRE VI: Le protocole des sages de Sion, version 2001.fbi (Coline Ascao)
CHAPITRE VII: Une explication en trois mouvements suivie d'un conseil, pour *** (Tomás Bueno et ***)
CHAPITRE VIII: Le Reichstag brûle à nouveau (Tomás Bueno (Institut de Préhistoire contemporaine), Anarstrige du coulée, Omar Wisyam, *** et quelques autres)
CHAPITRE IX: Police get vast power of arrest (Tomás Bueno, *** et d'autres)
CHAPITRE X: Réponse à Anarstrige / La coquille Saint-Jacques de la théorie (Tomás Bueno et Omar Wisyam)
CHAPITRE XI: Senate Bill on Surveillance Has Broad Support (Tomás Bueno, ***, Anonymous et quelques autres)
CHAPITRE XII: Le tartuffe dans la vitrine / A propos des commentaires d'Anarstrige (Tomás Bueno, Anarstrige du coulée, Anonymous, *** et alt.)
CHAPITRE XIII: L'étourdi Bueno et sa dialectique burlesque (Anarstrige du coulée et Anonymous)
CHAPITRE XIV: Le Grand Khan lit avec attention un manuscrit chinois - pour le vaillant Anarstrige (Tomás Rosa Bueno et Anonymous)
CHAPITRE XV: Une question (et une précision) pour Anarstrige (Xavier Lucarno, Anarstrige du coulée)
CHAPITRE XVI: Merci Pinochet de nous avoir débarassé d'ALLENDE (Anonymous et Guy Debord himself)
CHAPITRE XVII: Épilogue de la discussion avec Bueno autour des évènements du 11 septembre 2001 (Anarstrige du coulée et FC)
EN GUISE DE POSTFACE (Le porte-plume - aka Tomás Bueno, Anonymous, ***, Coline Ascao et Omar Wisyam)

Haut de la page - Top of the page


Retour à la page précédente - Return to the preceding page.
NYC WTC, Ben, 11 septembre 2001.
The Reichstag is burning again!, Institut de Préhistoire Contemporaine (redivivus), 25 septembre 2001.
Le Reichstag brûle à nouveau! (Version française du texte "The Reichstag is burning again!").
Ad usum homo contestataire, Anarstrige du Coulée, 1 octobre 2001.
Index de NYC WTC, mardi 11 septembre 2001 / Version intégrale.
Archives du Debord of Directors.

Haut de la page - Top of the page


Page d'accueil du site - Welcome page.
Plan du site - Map of the site.
Chercher sur le site ou sur le Web - Search the site or the Web.
Traduction - Translation - Ubersetzung - Vertaling - Traduzione - Traducción.

Haut de la page - Top of the page


Ecrire à Franck Einstein - Write to Franck Einstein.
ICQ: 46952896

Haut de la page - Top of the page